Vulgariser les métiers du français langue étrangère – FLE

Apprendre le français

Apprendre le français


En vue d’une formation d’initiation au FLE, quelques nouvelles infographies ont été produites pour servir de documents de base, d’éléments déclencheurs pour commencer une formation de vulgarisation sur l’enseignement de la langue française.
Identifier les publics

Identifier les publics


référence
Identifier les contextes et les dispositifs

Identifier les contextes et les dispositifs


Quelle pédagogie -
L'unité didactique

L’unité didactique

A l’heure de l’hybride

Un article que j’ai écrit pour le numéro 406 du Français dans le monde


Des maisons d’édition aux pratiques de classe, le numérique change la donne plus particulièrement dans les centres de langue où l’enseignement hybride a su trouver des solutions fructueuses pour enrichir l’enseignement face à face par des stratégies numériques.

Avant, pendant, après le cours

FDLM

FDLM

La force des dispositifs hybrides est d’enrichir par le numérique l’expérience pédagogique en face à face. En d’autres termes, il s’agit d’augmenter le  “présentiel” par l’environnement en ligne.
Certaines Alliances françaises, Instituts français ou départements universitaires ont développé des stratégies proposant des outils et des ressources numériques utilisables avant, pendant et après la séance de cours.

Voici la première observation. Avant le cours, ces centres utilisent des outils destinés aux enseignants pour préparer leurs séances et leurs projets (mutualisation des ressources, sitographies, gestion de courriels et de documents partagés dans le nuage – outils de type Dropbox, Google Drive) ;  pendant la séance, ils utilisent l’équipement des salles et de tous les acteurs de la classe : TBI, vidéoprojecteurs, ordinateurs, mais  aussi écrans connectés mobiles comme les tablettes ou les téléphones. Enfin, en aval du cours, les enseignants mettent en oeuvre l’usage d’outils qui prolongent l’expérience pédagogique dans des écritures variées sur des réseaux sociaux dédiés ou non aux apprenants.

En observant les usages numériques, on distingue également des outils/ressources qui favorisent les activités de réception et celles qui favorisent la production. Les maisons d’édition produisent des ressources pédagogiques très utilisées en activité de réceptions : orale, écrite, sous format textuel, visuel, vidéo… Les outils de production, quant à eux, sont liés à la créativité et à l’ingénierie de chaque enseignant. La démocratisation des outils de traitement des photos, du son, des vidéos ou de présentations socialisées ouvrent de grandes perspectives, tout comme les usages du web social qui accompagnent les projets des apprenants.

Flexibilité et multiples supports

Les maisons d’édition proposent toutes dorénavant des méthodes qui développent un pendant numérique aux formes variées. A la disposition de l’enseignant et des apprenants, ces ressources sont accessibles sur multiples supports : des milliers d’exercices autocorrectifs, des vidéos supplémentaires, disponibles sur tablettes, téléphones connectés, tableaux blancs interactifs, plateformes de formation avec des ressources standards sous format commun.
Ces ressources offrent l’intérêt de fournir un complément d’apprentissage toujours accessible, avec un contenu multimédia. Les enseignants peuvent également adapter le contenu de certains manuels en ligne selon leurs besoins ou accéder à des espaces virtuels et à des environnements complexes, destinés et configurés pour leurs besoins ou ceux des apprenants et de l’institution.

Dans les manuels, la place d’Internet et des pratiques numériques

Les pratiques numériques contemporaines font évidemment partie du contenu thématique des manuels actuels. Il y a quelques temps, Internet et les nouvelles technologies n’étaient présents que dans les activités de compréhension écrite. Objets quotidiens de communication sociale et professionnelle, les courriels sont entrés massivement dans les manuels comme documents authentiques à exploiter. Auparavant, en production écrite, les apprenants simulaient l’écriture de courriels et, à présent, de plus en plus d’enseignants se servent du courriel pour communiquer avec leurs apprenants en situation authentique.

Même phénomène avec les téléphones connectés et les tablettes. D’objets d’études présentés en article, ou en capture d’écrans, ils deviennent des outils d’enseignement utilisés en classe pour faciliter la gestion du groupe et devenir, chez les enseignants les plus expérimentés,  vecteurs d’’apprentissage.
Il est très fréquent aujourd’hui de voir, dès la première séance, les apprenants échanger leurs numéros de téléphone pour créer des groupes dans des réseaux sociaux de téléphonie (du type Whatsapp, Facebook Messenger…).

Les scénarios pédagogiques proposés par les méthodes intègrent le numérique dans la réalisation des tâches finales par l’apprenant. Internet, quelques années plus tôt, n’était qu’un prétexte : il s’agissait de créer, en simulation, un site, un blog, de compléter une fiche de renseignement en ligne ou de répondre à un forum de discussion.  Aujourd’hui, un enseignant connecté et ingénieux peut faire produire ses apprenants dans des réseaux dédiés à l’écriture ou, selon le projet, de lancer des écrits fonctionnels sur des réseaux sociaux authentiques : qu’il s’agisse de remplir son portfolio professionnel sur Linkedin, d’écrire un commentaire sur un réseau social de recommandations, d’échanger dans un groupe pour organiser une sortie. La simulation peut souvent être écartée et les interactions avec des locuteurs francophones possibles.

La formation des enseignants en dispositif hybride

La priorité, comme toujours, est de miser sur la formation des enseignants qui peuvent bricoler – au sens noble du terme défini par Claude Levi-Strauss – leur propre environnement numérique d’enseignement/apprentissage, de piloter et d’accompagner la production de projets numériques socialisés, enrichis de différentes formes d’écritures.
Le département langue française du CIEP, à travers les actions des universités BELC et de ses formations sur mesure, propose, chaque année, des centaines d’heures de formation liant la didactique du FLE et usages du numérique.

Les axes sont les suivants : se perfectionner par de parcours d’autoformation, mener des projets pédagogiques avec des outils numériques, mobiles ou sur Internet, administrer des réseaux enseignants et apprenants, produire du contenu pour classe inversée, construire sa veille professionnelle, piloter des dispositifs en ligne, définir et piloter une politique numérique d’établissement en associant logique de communication et logique de pédagogie numérique.
Grâce aux initiatives menées par les formateurs, les stagiaires du BELC produisent durant la formation, en dispositif hybride, de multiples projets numériques diffusés sur Internet, organisent des événements diffusés en ligne (éducamp, Belcamp), créent quantité d’infographies, de cartes mentales, d’affiches, de posters, de contenus transmédias, de dispositifs de réalités augmentées en production de qrcodes, par exemple.

FDLM

FDLM

Les éditeurs ont toujours accompagné ses formations. Finissons ce panorama en évoquant les dirigeants.

L’illusion du web 1 : les centres de ressources

Cela fait déjà deux décennies que les dirigeants des centres de langue ou des départements de langues vivantes ont souhaité enrichir les cours en face à face par des dispositifs d’enseignement en ligne. L’arrivée du concept d’hybridation, de blended learning, a modéré les dispositifs trop radicaux et a brisé l’illusion que le cours de langue pouvait se faire en totale autonomie avec un apprenant, seul devant son écran dans un centre de ressources ou d’autoapprentissage. Les bibliothèques comme les centres de ressources sont en pleine crise car l’accès au savoir a profondément été modifié depuis dix ans par les  usages numériques.

L’apprentissage des langues est social : on apprend toujours mieux ensemble, et d’autant plus, pour les langues vivantes, vecteurs de communication entre les individus. L’investissement a été massif dans certaines universités pour une durée d’exploitation décevante : le matériel devient vite obsolète, les usages optimum de la classe pupitre rarement atteints, et la concurrence des usages personnels et privés des apprenants a modifié globalement la politique des usages et des services numériques. Dans les pays occidentaux, l’équipement personnel de chaque apprenant s’est profondément transformé également jusqu’à ce qu’on appelle la pratique BYOD Bring your own device.

Il est peu probable que des universités ou centres de langues réinvestissent autant qu’elles l’ont fait dans des équipements d’ordinateurs connectés en salle pupitre. Pourtant dans ce domaine, il est facile pour un dirigeant et pour d’autres, de céder au marketing éducatif et de suivre la dernière mode : laboratoire de langues, classe pupitre, tableau blanc interactif, MOOC, jeux sérieux, tablettes et mobiles, classe inversée… jusqu’à la prochaine trouvaille.

David Cordina, en 2009, développe des projets d’écriture sur Twitter avec ses étudiants étrangers de l’université de Lille et gagne un prix européen d’innovation de Microsoft Education. Il dirige ensuite la direction des cours de l’Alliance française de Bombay en développant de nombreux projets numériques. Il est actuellement chef de projet des universités BELC au Centre international d’études pédagogiques. (CIEP).  

Usages des réseaux sociaux pour une institution

Guide Lumière sur les réseaux sociaux

Guide Lumière sur les réseaux sociaux

Lundi 7 mars 2016, j’interviens au CIEP pour une formation – réunion autour des usages des réseaux sociaux pour l’institution et les départements du CIEP. Trois départements du CIEP seront présents : département langue française où je travaille, les départements Coopération en éducation et Reconnaissance des diplômes.

C’est un complément de la formation du mois de novembre 2014 et, pour moi, également, le temps de faire un bilan après l’ouverture de plusieurs comptes au CIEP et de leur gestion quotidienne.

A la fin de l’année 2015,  un document-ressource du Ministère de la Culture et de la Communication a été diffusé et permet de répondre à de nombreuses questions liées à cette formation. Je le recommande vivement et je le présenterai durant ces deux heures. On peut trouver ce guide à cette adresse.

Retour sur la formation instrumentale de 2014 : j’avais publié ce plan de route pour la prise en main technique de l’outil Twitter. Voici le lien  : http://davidcordina.net/formation-cieptw/

à Barcelone, les ateliers #apprendreFR

Concrétiser l’approche actionnelle par les réseaux sociaux

Cet atelier est proposé une deuxième fois – à Barcelone pour la journée de formation des écoles EOI Barcelona  – vendredi 29 janvier 2016, en collaboration avec l’Institut français d’Espagne sous un format de 3 heures.

Je suis intervenu pour animer un atelier de deux heures, le vendredi 27 novembre (11h30 – 13h30) et le samedi 28 novembre (9h30-11h30) lors de la 10ème Rencontre FLE organisée par les éditions Maison des Langues à l’Institut français de Barcelone.

Rencontre FLE à Barcelone

Rencontre FLE à Barcelone

Voici le plan de mon atelier que vous pouvez consulter en amont pour vous préparer et commencer, notamment, les premières étapes. Comme on inverse la classe dans certains cours, j’inverse, ici l’atelier. Toutes les questions peuvent être posées sur Twitter @w2YDAvid ou en commentaires de cet article.

I – Etape 1 : les groupes

Etape 1

Etape 1

Dans la salle, formez 4 à 5 groupes selon les équipements apportés (ordinateurs, tablettes, smartphones) et en fonction des comptes déjà créés sur les réseaux sociaux : par exemple, un compte Twitter, Instagram, Facebook, Google+, Whatsapp, Linkedin (…)

Prérequis :  au choix pour profiter au mieux et en action de l’atelier (si toutes les options sont choisies, c’est encore mieux), il est fortement conseillé de se munir d’un téléphone, d’une tablette ou d’un ordinateur portable connectés à Internet pour profiter au mieux des interactions et des constructions collectives.
Les mot-dièses utilisés seront #rencontreFLE #apprendreFR et également à moindre mesure de #redsocial.

II – Etape 2 : présentation

Etape 2

Etape 2

États des lieux et postulats : quels intérêts apporte l’usage des réseaux sociaux pour la réalisation de tâches finales ?
Présentation de quelques concepts clés – axes pour l’atelier – pour aborder la question, les voici : CGU, (contenu généré par les utilisateurs), tâches ouvertes, interactions, ouverture, collaboration, apprenance, sérendipité, vicariance.
Chaque groupe choisit un axe pour son futur projet.

III – Etape 3 : choix des outils de réseaux sociaux

Etape 3

Etape 3

Découverte d’outils et présentation actualisée des réseaux sociaux les plus connus.
Ce troisième popplet, visible ci-dessous, présente quelques grands réseaux associés à quelques exemples de tâches finales déjà réalisées en classe de FLE. Ce popplet est partageable et modifiable par les participants. Les adresses email seront demandées en début d’atelier.

 

 

Tâches finales et réseaux sociaux

Tâches finales et réseaux sociaux

 

Exemples de tâches finales – document à télécharger : illustrer son quotidien

 

IV – Etape 4 : étape de création de scénarios

Etape 4

Etape 4

Document support  : grille de scénarisation pédagogique d’une tâche finale.
Le fichier est présent en ligne sur mon Google Drive.
Les participants sont invités à concevoir par groupe des scénarios de tâches finales. Chaque caractéristique de la grille est analysée et commentée durant l’atelier.
La grille est présente également sous forme de formulaire à cette adresse.

 

 

 

 

V- Etape 5 : diffusion et partage de la consigne du scénario 

Etape 5

Etape 5

Diffusez la consigne du scénario sur Twitter (ou Facebook, Instagram, Google+) avec le mot-clic, la balise : #rencontreFLE #apprendreFR

 

 

 

 

 

VI – Etape 6 : réalisation du scénario des autres

Etape 6

Etape 6

Cette phase sera à réaliser en fonction du temps restant. Seront abordées les conditions de faisabilité des scénarios qui seront donc évalués à l’usage et à l’expérience des apprenants.

La médiation de l’enseignant et ses différents modes d’interventions seront aussi questionnés.

 

 

 

 

VII – Etape 7 : analyse

Etape 7

Etape 7

Suite de l’activité précédente, avec le retour collectif des évaluations, un padlet de synthèse (commun aux deux ateliers) sera écrit collectivement et diffusé en ligne.

A l’Institut du monde arabe

Début  novembre 2015, j’ai eu la chance de donner douze heures de formation à  l’Institut du monde arabe pour l’équipe des enseignants du centre de langue. Intitulée « Enrichir ses pratiques pédagogiques par le numérique », cette formation m’a permis de pratiquer un exercice transversal sur la pédagogie des langues qui, quelle que soit la langue, garde, en numérique, les mêmes principes. Le slogan du CIEP est de promouvoir la langue française à travers le monde et le plurilinguisme en France.
Encore une fois, dans cette formation, le projet principal pour les stagiaires fut de concevoir, décrire et pratiquer des scénarios de tâches finales, qui viennent conclure l’unité didactique d’un cours de langue arabe. La formation avait également pour but d’accompagner le lancement de la méthode Ahdaf et de proposer un enrichissement via les outils, les pratiques et les projets numériques.

L’université BELC : une ruche pédagogique pour le FLE

La 48ème édition de l’université d’été BELC 2015 a regroupé durant le mois de juillet  à Nantes près de 330 professionnels de la langue française dans le monde.  Avec plus de 60 nationalités et 80 pays d’exercice représentés, elle constitue un rendez-vous incontournable de formation professionnelle, d’échanges de pratiques et de dialogue interculturel. Expérimentant de nouvelles formes et fidèle à sa tradition, l’université BELC reste un laboratoire d’idées où créativité, exigence, réflexion sont au service de l’enseignement de la langue française.

Par la diversité de ses stagiaires, l’université d’été – BELC permet tout d’abord une formidable ouverture sur le monde à travers l’échange de pratiques professionnelles. 330 enseignants, coordinateurs, directeurs, inspecteurs avec en commun l’amour de langue française viennent se former auprès de 40 formateurs aguerris durant un mois sur le campus de l’université de Nantes. Fidèle à sa tradition d’innovation, l’université BELC est un laboratoire d’idées pour l’enseignement de la langue française : un lieu de productions et d’expérimentations didactiques et pédagogiques. On s’y forme, on réfléchit à ses pratiques mais, avant tout, on y produit analyses, ressources, et projets de toutes sortes.

Une formation  intensive, variée à visée professionnelle

BELC competences

Bilan université d’été BELC 2015

L’université BELC propose au total près de 1500 heures de formation sur un mois divisé en 80 modules, 25 séances de forums et 10 conférences avec une équipe de 40 formateurs, conférenciers et intervenants. Quatre thématiques définies par quatre verbes structurent l’offre de formation : enseigner, évaluer, former, piloter. Les deux premières thématiques touchent directement les techniques d’enseignement dans la classe en fonction de nombreux contextes et publics : français langue étrangère (FLE) généraliste, spécialisés en centre de langues, université, écoles secondaires, ou classes bilingues pour des publics d’enfants, d’adolescents, d’adultes, enseignement spécialisés avec les formations  de français sur objectifs spécifiques (FOS).  Le second concerne une des spécialités du pôle langue du  CIEP avec les habilitations à devenir examinateur-correcteur du DELF/DALF. Les deux dernières thématiques (former, ingénierie de la formation et piloter) désignent des formations professionnelles pointues qui visent l’accompagnement et la formation aux métiers d’encadrement des centres de langues : démarche qualité, encadrement d’équipes, marketing des cours, ingénierie de la formation, ingénierie numérique…

La créativité, mise en valeur.

creativite au BELC

Bilan de l’université BELC 2015

Cette année, grâce aux initiatives menées par les formateurs, les stagiaires du BELC ont produit, entre autres, multiples projets numériques diffusés sur Internet, ont organisé un educamp éducatif (nommé Belcamp) diffusé en ligne, ont créé quantité d’affiches, de posters, de contenus transmédias, de dispositifs de réalités augmentées, de qrcodes, ou ont monté un vernissage d’expositions de productions artistiques, ont monté deux spectacles de théâtre et de chansons françaises…

Les murs des salles, du hall, des amphithéâtres de la Faculté des Langues et des Cultures de l’université de Nantes qui accueille le BELC en ont souvent été témoins ainsi que tous les réseaux sociaux alimentés par ces productions. Plus de 3000 tweets durant le mois de juillet ont été diffusés par les participants : la balise #BELC a été durant quelques heures tendance nationale sur Twitter.

Les intentions de formation sont claires : il s’agit de faire produire autant les enseignants que leurs futurs apprenants pour illustrer, y compris dans la formation professionnelle, une démarche active et concrète de pédagogie du projet. Parmi les modules les plus créatifs, on peut retenir : toutes les démarches créatives (arts plastiques, théâtre ou musique pour la classe de FLE), savoir développer des activités ludiques et créatives en classe, savoir utiliser des techniques visuelles et graphiques (comme cartes mentales, ou croquis-notes, ou en anglais sketchnotes) pour la classe, ou bien encore les modules de production de capsules vidéos pour un dispositif de classe inversée…
Le réseau social des universités BELC : http://www.reseaubelc.fr/
Les projets numériques produits par la formation https://tackk.com/@universitebelc/tackks

S’ouvrir sur la France contemporaine et la ville de Nantes

L’université BELC 2015 a innové enfin  de nouvelles formes de face-à-face afin d’optimiser le temps de formation et d’équilibrer la journée des stagiaires.  En partenariat avec la saison culturelle,  Le Voyage à Nantes, l’équipe du BELC a donc organisé quotidiennement des forums et des visites de ville qui ont permis aux stagiaires de (re)découvrir chaque jour un aspect de la France contemporaine : art vidéo, patrimoine nantais, réflexions autour de la laïcité ou de l’interculturel en classe, culture de la bande-dessinée, cinéma français contemporain, formes brèves et humoristiques à la TV ou sur Internet ou encore même un atelier du nez sur la culture viticole française…  

Cet article est résumé graphiquement ainsi :

BELC Bilan pédago

BELC Bilan pédago