Des réseaux pour mieux écrire

A Mumbai, Bangalore, Kolkata, Chennai et Delhi, les étudiants des Alliances françaises profitent maintenant de réseaux sociaux pour pratiquer la langue française et partager leurs expériences d’apprentissage. Présentation de ces projets innovants communautaires.  

L’après #msFLE

msFLE - Mumbai 2011

msFLE – Mumbai 2011

Derrière le sigle, #msFLE, se cache une balise, à savoir un mot-clic, utilisée dans le vocabulaire propre aux réseaux sociaux numériques, notamment Twitter pour faire référence à la formation “Médias sociaux et Français Langue Etrangère” qui s’est tenue au mois d’août 2011 à Mumbai. Cette formation de deux jours a été organisée par l’Alliance Française de Bombay en collaboration avec l’Institut Français en Inde (service linguistique) et l’école internationale DAIS (Ambani School).
Twitter a en effet permis à plusieurs participants (ceux de Mumbai, Prachee Palsule et David Cordina, à Chennai, Shanthipriya Srinath, à Bangalore, Geetanjali Shrivastava, à Kolkata, Arpita Duta et à Bhopal, Neha Baghat) de rester en contact pour se lancer dans des projets communs de communautés d’apprenants de français de leurs institutions respectives. A noter également que ces projets ont reçu les aides du Fonds TICE de l’Institut Français (2011, 2012)

Qu’est-ce qu’un réseau social apprenant ?
Ces sites sont des réseaux sociaux (techniquement proches de ceux que le grand public connaît, tels que Facebook ou Linkedin) qui sont, ici, dédiés à une intention et une pratique pédagogique. Ces réseaux sociaux dédiés visent à développer l’écriture de la langue française par une pratique régulière sur Internet. Les sites s’adressent à tous les niveaux bien que les niveaux intermédiaires et avancés (B et C) soient privilégiés parce que l’écrit est le canal de communication le plus utilisé.

Des milliers de contributions (celui de Mumbai compte plus de 3500 membres), se développent des écritures tutorées et spontanées, allant de la simple socialisation – un simple bonjour dans le clavardage – à l’exercice de cours ou aux discussions spontanées – de longs textes argumentatifs de plus de 300 mots. De la part des concepteurs et des enseignants animateurs, il s’agit de développer une pratique formelle et informelle de l’apprentissage de la langue française.  Les enseignants viennent proposer des sujets et apportent des corrections aux textes des étudiants. Les sites peuvent offrir également des outils d’auto-apprentissage proposant des sitographies liées aux réseaux.
Enfin, outre l’enrichissement qu’ils apportent aux centres de langue, ils présentent  une vitrine numérique innovante d’un enseignement moderne des langues vivantes.

« Des bergers numériques »
Formés aux dernières pratiques numériques, les enseignants, porteurs de ces projets, se sont formés au métier d’animateur de communautés. On retrouve le schéma (présentée par Isabelle Quentin, doctorante-chercheur en sciences de l’éducation) de transfert de connaissances entre les communautés enseignantes et apprenantes sur Internet. Dépassant les phases de sociabilisation (renforcée par la rencontre réelle du mois d’août 2011) et d’externalisation de leurs pratiques et de leur veille, ces enseignants sont passés à la vitesse supérieure en franchissant deux nouvelles étapes : la combinaison de  leur savoir-faire pour des projets communs et enfin une phase d’internalisation, à savoir,  la création de leurs propres communautés.

Il faut saluer enfin l’engagement des directeurs des cours, Fanny Carril, François Dabin et David Cordina pour soutenir ces projets : financièrement car c’est la plateforme payante de réseau dédié Ning qui a été choisie et également dans la rémunération du travail des enseignants-animateurs.

 

Voici les liens de ces nouvelles  communautés d’apprenants indiens :

http://afmumbai.ning.com
Mumbaikar in French animé par l’équipe des enseignants de Mumbai dépassera bientôt les 3500 membres et l’outil est intégré aux pratiques des enseignants et des étudiants. Il est en fonction depuis octobre 2010.

http://afbangalore.ning.com/
Français Mathadona – « Ici on parle français » en langue du Karnataka, a vu le jour au mois de janvier. Les premières expérimentations sont lancées. La participation des étudiants commence bien.

http://french-collegeroad.ning.com/
Rendez-vous in Chennai est le réseau de l’AF de Madras. Il est en phase de construction mais est déjà lancé dans quelques classes. La participation est active.

http://afdelhi.ning.com
Le dernier né, French in Delhi (version beta) vient de sortir à la suite  de la formation donnée entre le 26 et 27 mars 2012.

D’autres réseaux ont été créées à la suite de la répétition des formations #msFLE. Voir l’article ici.

Pour davantage d’information et de description des usages des réseaux sociaux en langue vivante.
Cordina, D. (2011) : Design TIC pour la pédagogie des Langues, portfolio professionnel, novembre 2011
Quentin, I. (2012) : Les communautés d’enseignants : organisation et mode de fonctionnement. Revue en ligne Actualitice, février 2012.

La salle des profs s’ouvre à l’Asie du Sud

En 2010 et 2011, différents réseaux enseignants FLE soutenus par la France, le Ministère des Affaires Etrangères MAEE et la Fondation Alliance Française voyaient le jour : Vizafle en Roumanie (chef de projet : David Maguet) et dans autres pays comme en Inde du coté des réseaux apprenants (Mumbaikar in French, chef de projet : David Cordina) et du côté de la communauté des enseignants (La Salle des profs, chef de projet : Emmanuel Zimmert).

Développée à l’initiative du Service linguistique et éducatif (SLE) de l’Institut français en Inde (IFI), la Salle des Profs se définit comme un site d’informations et de ressources doublé d’un réseau social à destination des enseignants de français en Inde. Depuis sa création, la Salle des Profs connait un développement important, avec une augmentation constante du nombre de visiteurs et d’inscrits, notamment grâce au travail parallèle dans le domaine de l’apprentissage du FLE sur supports numériques (réseaux sociaux apprenants, téléphonie) des Alliances françaises (Bombay, Bangalore, Madras notamment) et de l’IFI.

IF / AF en Inde

Les partenaires officiels pour le projet IF / AF en Inde

Avec, en avril 2013, deux créations de postes en charge du réseau social de l’IFI, la Salle des Profs a de nouvelles ambitions : élargir sa zone d’action et viser les publics du Sri Lanka, du Bangladesh et du Népal. C’est ce projet qui justifie aujourd’hui un nouveau temps de formation et de séminaire qui se tient à Calcutta, Kolkata, capitale du Bengale Ouest entre le 12 et le 15 novembre 2013. Ce stage se tenant lieu à l’Alliance Française du Bengale, s’intitule « Devenir enseignant- auteur de la Salle des Profs« .  Ces jours sont organisés par Gauthier Krin et Valentin Moisan, attachés de coopération pour le français et DAvid Cordina, directeur des cours de l’Alliance Française de Bombay et chefs de différents projets numériques en Inde. Ces rencontres sont soutenues par le fonds TICE 2013 de l’ Institut Français.

L’axe pédagogique est mis sur la formation continue numérique d’enseignants FLE déjà motivés et utilisateurs actifs des technologies éducatives. L’équipe des formateurs visera à transmettre des savoir-faire professionnels dans les domaines :  de la veille professionnelle, de l’écriture reflexive sur sa pratique d’enseignant de français et de concevoir du contenu pratique (tâches, scénaros, articles de veille, fiches pédagogiques) pour l’ensemble des enseignants de la zone asiatique méridionale : Inde et Asie du Sud. Cette année, nous n’avons pas pu malheureusement pour des raisons pratiques et diplomatiques, toucher de collègue des Maldives, ni du Pakistan alors que via Internet, les connexions et les projets se croisent déjà.  (voir la formation de l’année dernière #msFLE et également le projet French Book (chef de projet, Laurent Elisio Bordier) des Alliances françaises pakistanaises).

Version 2 : 

Nouvelle Salle

Nouvelle Salle – Nouvelle apparence

Avec la nouvelle version du site arrive une nouvelle adresse. L’anncienne URL devient tout simplement http://salledesprofs.org. Certaines fonctions disparaissent, d’autres voient le jour. Les nombreux articles et fiches pédagogiques du site sont eux toujours là. N’hésitez pas à naviguer à travers le site pour les découvrir ou redécouvrir. Cette nouvelle version vise à faire la part belle au contenu mis en ligne chaque jour par nos membres. Trop de choix tuant le choix, le nombre de catégories diminue. Néanmoins, cela ne signifie pas qu’il y aura moins d’articles, au contraire ! Avec les nouveaux membres de l’équipe de la salle des profs qui seront formés à Calcutta, l’activité sur le site est vouée à grandir.

La politique numérique de l’IFI et des Alliances françaises de ces régions répondent à un besoin fort des apprenants et des enseignants de français de la sous-région. La nouvelle version de la Salle des Profs et les autres projets numériques développés permettent également d’assurer et de renforcer le statut du réseau culturel français en Inde et dans l’Asie méridionale, ce qui sert à la réalisation des objectifs de la coopération française.
Mme Caroline Schmitt, attachée de coopération pour le français de New Delhi et M. Stéphane Amalir, directeur de l’Alliance française de Bengale  ouvrent le stage mardi 15 novembre .

Vous trouverez ci-joint les derniers détails concernant la formation Salle des Profs qui a lieu du 12 au 15 novembre à Calcutta. Cette année, le Bangladesh, le Népal et le Sri Lanka nous rejoignent pour le projet Réseau social Enseignant – et nous leur souhaitons la bienvenue !

Formateurs :
• Valentin Moisan, attaché de coopération pour le français, Institut français en Inde
• Gauthier Krin, attaché de coopération pour le français, Institut français en Inde
• David Cordina, directeur des cours de l’AF Bombay et chef de projets TIC et administrateur (AF India, AFBombay, AF magazine,  Mumbaikar in French, Foreigners in Lille)
Objectifs de la formation :
• Devenir un contributeur capable d’alimenter régulièrement la Salle des Profs avec des
contenus pédagogiques.
• Devenir enseignant-auteur : faire de la veille pédagogique, savoir écrire sur sa pratique
pédagogique, savoir écrire des fiches pédagogiques à destination d’autres enseignants
• Découvrir, connaître et maîtriser les technologies éducatives pour le FLE.
Compétences visées :
• Maîtriser le fonctionnement d’une plateforme de partage et d’un réseau social
• Savoir rédiger des articles et modérer les contenus de La Salle des Profs
• Se perfectionner avec les TICE et les réseaux sociaux pour l’enseignement/apprentissage du
français
• Savoir créer des tâches, des activités et des fiches pédagogiques
• Savoir créer des séquences et scénarios pédagogiques
Voici le programme :
• Ouverture de la formation : mot de bienvenue (intervenants, responsables, etc.)
• Présentation du groupe et des intervenants
Présentation du programme et de l’organisation de la formation
• Présentation générale du projet de la Salle des Profs et de ses objectifs
• Synthèse de la formation précédente : retours d’expérience, pièges à éviter, nouveautés
• Prise en main Interface publique / inscription / interface administration

•  Sur quoi écrire ? Veille pédagogique et technologique : médias sociaux, applications, flux
• Ateliers : Twitter, Facebook pour le FLE.  Tâches d’activités
• Veiller et écrire : trouver des idées pour écrire, avoir une attitude réflexive, tenir des blogs.
• définir collectivement une ligne éditoriale : définition de notre public, de notre axe d’écriture et recherche de contenus.
• Présentation d’outils et applications au service de l’enseignement et de l’apprentissage.
• Atelier pratique sur les médias sociaux. Suite : Twitter & FLE et autres réseaux professionnels pour le FLE
• Découverte de services de publication en ligne dont Slideshare, Scoopit,  Youtube enseignement, Google Drive, etc…
• Présentation de la fiche pédagogique de la SDP.
• Ecrire 1 : conférence de rédaction – se lancer dans un projet d’écriture. Choix des sujets, choix des documents (+ droits d’auteur).
• Ecrire 2 : suite
• Edition multimédia et conversion de documents (image, son & vidéo).
• Ecrire 3 : Journée d’écriture et de production : fiches pédagogique, articles de veille, séquences pédagogiques
• Créer une fiche pédagogique à partir de divers types de documents : images, documents audio, vidéos
• Ecrire 4 : Suite des travaux commencés
• Création d’activités interactives avec LearningApps.
• Publier un article. Diffuser et promouvoir la SDP sur les réseaux sociaux. (+ Diffuser et promouvoir la SDP avec les supports de communication).
• Présentation des productions et publication en ligne sur la Salle des Profs.
Bilan et évaluation de la formation.

David Cordina, Valentin Moisan, Gauthier Krin

Amplificateur d’écriture

La formation «Médias sociaux et pédagogie du français langue étrangère » vient de se dérouler pour sa quatrième et cinquième édition dans les villes de Pune et d’Ahmedabad pour leurs Alliances françaises respectives. Cette formation coorganisée par le réseau des Alliances françaises en Inde (ici Bombay, Pune et Ahmedabad)  a réuni toutes les équipes enseignantes des deux villes.

Le groupe d’Ahmedabad

Guidés par leur formateur, David Cordina, directeur des cours de l’Alliance Française de Bombay, les deux groupes très motivés ont pris en main leurs deux nouveaux réseaux sociaux apprenants (avec les outils Ning et Twitter pour les enseignants les plus avancés et motivés).  Les deux sites offrent aux apprenants indiens un riche espace d’écriture collaborative organisé par l’administrateur et l’équipe des enseignants. Toutes les fonctionnalités récentes d’Internet sont disponibles : chat, version smartphone, blogs, pages personnelles, forum… Pour les Alliances françaises, il s’agit de montrer la vitalité pédagogique des cours de FLE et ainsi de se mettre au service d’une francophonie active des étudiants accompagnés par leurs enseignants. Plusieurs milliers d’apprenants indiens sont déjà inscrits à ce genre de réseaux à travers toute l’Inde (voir l’article synthèse des formations #msFLE et réseaux apprenants). Vous pouvez donc visiter le résultat de la formation sur les sites Punécoeurs et French In Ahmedabad.

L’agir social en situation d’apprentissage
La formation a permis de faire créer des scénarios d’activités qui illustrent la pédagogie du projet, qui n’est pas encore assez bien connue par les enseignants indiens de langue vivante. La production écrite (et orale) des étudiants est l’objectif final de ces séquences. Ces pratiques ouvrent la classe sur l’extérieur et permettent aux apprenants de naviguer sur un Internet francophone en se socialisant avec d’autres apprenants.  Les enseignants proposent différents projets allant du scénario pédagogique complexe, aux discussions argumentatives ou à la simple contribution par l’écriture d’un commentaire. Ils proposent aussi médiations et activités d’apprentissage. Ces pratiques favorisent le travail entre pairs et externalisent l’apprentissage et l’enseignement de la langue.

Au delà de l’approche technique, se mène une réflexion sur une pédagogie active, pédagogie de projet que nous nommons dans le jargon technique du FLE, la perspective actionnelle qui développe l’agir social de l’apprenant dans une situation d’apprentissage francophone. Dans cet environnement dédié, l’agir social est davantage sollicité dans les projets d’écriture médiatisée fomentant le plus d’interactions possibles et d’activités langagières. (cf. Christian Puren, université Clermont-Ferrand)

Un jeu signifiant : le générateur poïétique

Le générateur poïétique

Une session du générateur poïétique à Ahmedabad

En milieu de séance, après la pause de midi, la formation a proposé, suite aux propositions de Florence Meichel, formatrice spécialisée dans les réseaux apprenants, de consacrer un temps au jeu du générateur poïétique créé par Olivier Auber, chercheur indépendant, associé depuis 2012 au groupe de recherche interdisciplinaire « Evolution, Complexity and Cognition » (ECCO) et au Global Brain Institute, de l’Université Libre de Bruxelles.  Ce jeu en réseau est une métaphore de l’évalution constante et collective des réseaux apprenants.
Dans le générateur poïétique, des joueurs humains (en nombre potentiellement illimité) contrôlent en temps réel les éléments graphiques d’une matrice globale, à raison d’une unité par personne. Toutes les actions des joueurs sont visibles en permanence par chacun d’eux. Le but du jeu est de simplement de faire apparaître collectivement des formes reconnaissables par tous et d’observer ensemble comment elles se créent.

« L’agir poïétique, comme l’écrit Olivier Auber, c’est lorsque le sens de l’action se construit dans l’action elle-même, selon les possibles qui s’en dégagent et non pas selon des plans et objectifs construits au préalable. C’est une action prenant place dans un contexte peu régulé où l’acteur n’est pas en mesure d’en saisir les règles. En agissant, les buts et le sens se construisent et le contexte se régule. Le générateur poïétique permet de comprendre que ce contexte peu régulé est en fait très contraignant, à l’image des 20×20 pixels à disposition. Sans les possibles donnés par l’activité de l’autre, les possibles du champ à disposition sont extrêmement réduits. Ces possibles, on les sollicite et les saisit dans l’action de donner de la couleur à ces simples pixels. »
Le générateur poietique permet donc de révéler la complexité de l’action humaine dans une apparente simplicité. Les participants indiens ont, suite à des questions très simples sur leurs pratiques, compris la logique et le rapport avec les réseaux apprenants dont ils disposent dorénavant pour accompagner leurs communautés d’apprenants.

Pour en savoir plus :

Site : http://poietic-generator.net
Blog : http://poietic-generator.net/blog/
Wikipedia : article sur le générateur poïétique
Blog de Florence Meichel : http://florencemeichel.blogspot.in/ et http://www.apprendre2point0.org/