Des réseaux pour mieux écrire

A Mumbai, Bangalore, Kolkata, Chennai et Delhi, les étudiants des Alliances françaises profitent maintenant de réseaux sociaux pour pratiquer la langue française et partager leurs expériences d’apprentissage. Présentation de ces projets innovants communautaires.  

L’après #msFLE

msFLE - Mumbai 2011

msFLE – Mumbai 2011

Derrière le sigle, #msFLE, se cache une balise, à savoir un mot-clic, utilisée dans le vocabulaire propre aux réseaux sociaux numériques, notamment Twitter pour faire référence à la formation “Médias sociaux et Français Langue Etrangère” qui s’est tenue au mois d’août 2011 à Mumbai. Cette formation de deux jours a été organisée par l’Alliance Française de Bombay en collaboration avec l’Institut Français en Inde (service linguistique) et l’école internationale DAIS (Ambani School).
Twitter a en effet permis à plusieurs participants (ceux de Mumbai, Prachee Palsule et David Cordina, à Chennai, Shanthipriya Srinath, à Bangalore, Geetanjali Shrivastava, à Kolkata, Arpita Duta et à Bhopal, Neha Baghat) de rester en contact pour se lancer dans des projets communs de communautés d’apprenants de français de leurs institutions respectives. A noter également que ces projets ont reçu les aides du Fonds TICE de l’Institut Français (2011, 2012)

Qu’est-ce qu’un réseau social apprenant ?
Ces sites sont des réseaux sociaux (techniquement proches de ceux que le grand public connaît, tels que Facebook ou Linkedin) qui sont, ici, dédiés à une intention et une pratique pédagogique. Ces réseaux sociaux dédiés visent à développer l’écriture de la langue française par une pratique régulière sur Internet. Les sites s’adressent à tous les niveaux bien que les niveaux intermédiaires et avancés (B et C) soient privilégiés parce que l’écrit est le canal de communication le plus utilisé.

Des milliers de contributions (celui de Mumbai compte plus de 3500 membres), se développent des écritures tutorées et spontanées, allant de la simple socialisation – un simple bonjour dans le clavardage – à l’exercice de cours ou aux discussions spontanées – de longs textes argumentatifs de plus de 300 mots. De la part des concepteurs et des enseignants animateurs, il s’agit de développer une pratique formelle et informelle de l’apprentissage de la langue française.  Les enseignants viennent proposer des sujets et apportent des corrections aux textes des étudiants. Les sites peuvent offrir également des outils d’auto-apprentissage proposant des sitographies liées aux réseaux.
Enfin, outre l’enrichissement qu’ils apportent aux centres de langue, ils présentent  une vitrine numérique innovante d’un enseignement moderne des langues vivantes.

« Des bergers numériques »
Formés aux dernières pratiques numériques, les enseignants, porteurs de ces projets, se sont formés au métier d’animateur de communautés. On retrouve le schéma (présentée par Isabelle Quentin, doctorante-chercheur en sciences de l’éducation) de transfert de connaissances entre les communautés enseignantes et apprenantes sur Internet. Dépassant les phases de sociabilisation (renforcée par la rencontre réelle du mois d’août 2011) et d’externalisation de leurs pratiques et de leur veille, ces enseignants sont passés à la vitesse supérieure en franchissant deux nouvelles étapes : la combinaison de  leur savoir-faire pour des projets communs et enfin une phase d’internalisation, à savoir,  la création de leurs propres communautés.

Il faut saluer enfin l’engagement des directeurs des cours, Fanny Carril, François Dabin et David Cordina pour soutenir ces projets : financièrement car c’est la plateforme payante de réseau dédié Ning qui a été choisie et également dans la rémunération du travail des enseignants-animateurs.

 

Voici les liens de ces nouvelles  communautés d’apprenants indiens :

http://afmumbai.ning.com
Mumbaikar in French animé par l’équipe des enseignants de Mumbai dépassera bientôt les 3500 membres et l’outil est intégré aux pratiques des enseignants et des étudiants. Il est en fonction depuis octobre 2010.

http://afbangalore.ning.com/
Français Mathadona – « Ici on parle français » en langue du Karnataka, a vu le jour au mois de janvier. Les premières expérimentations sont lancées. La participation des étudiants commence bien.

http://french-collegeroad.ning.com/
Rendez-vous in Chennai est le réseau de l’AF de Madras. Il est en phase de construction mais est déjà lancé dans quelques classes. La participation est active.

http://afdelhi.ning.com
Le dernier né, French in Delhi (version beta) vient de sortir à la suite  de la formation donnée entre le 26 et 27 mars 2012.

D’autres réseaux ont été créées à la suite de la répétition des formations #msFLE. Voir l’article ici.

Pour davantage d’information et de description des usages des réseaux sociaux en langue vivante.
Cordina, D. (2011) : Design TIC pour la pédagogie des Langues, portfolio professionnel, novembre 2011
Quentin, I. (2012) : Les communautés d’enseignants : organisation et mode de fonctionnement. Revue en ligne Actualitice, février 2012.

Enquête sur les usages

Voici deux séries de questions de deux enquêtes qualitatives proposée en 2011 et 2012 (Master 2, Shwetal Randive et David Cordina – Université Stendhal, Grenoble).
Pour continuer l’analyse, les chiffres de fréquentation sont également à prendre en compte. Voir Google Analytics

Entre juillet 2013 et juillet 2014

Entre juillet 2013 et juillet 2014, environ 8000 visites par mois

sondage

sondage

QUESTION 1 :

sondage

QUESTION 2 :

sondage

QUESTION 3 :

sondage

QUESTION 4 :

sondage

Quelques conseils pour les etandems

En janvier 2012, j’avais écrit un premier article pour La Salle des profs : http://salledesprofs.org/ecrire-sans-frontieres– Cet article est une mise à jour car les sollicitations reprennent en ce mois d’avril 2014 : sont en construction en effet des projets entre l’université de Valenciennes, un lycée français et les classes de l’Alliance Française de Bombay.
Sur les réseaux sociaux apprenants des Alliances françaises en Inde, les étudiants peuvent communiquer entre eux mais depuis quelque temps déjà, certaines classes s’ouvrent de plus en plus au monde entier grâce à des projets d’e-tandems. Retour sur une pratique ancienne que les technologies TIC revalorisent.

Duo gagnant

etandems

etandems

Le tandem tel que l’université allemande de Bochum l’a défini dans les années 1970  met en relation deux locuteurs souhaitant apprendre la langue de l’autre, par un dispositif équilibré d’échange de paroles : 30 minutes d’anglais pour un français 30 minutes de français pour l’anglais, par exemple. Les rôles enseignant-apprenant alternent et la posture de chaque acteur est volontairement modifiée. Ce dispositif met en avant également des modes d’apprentissage informel avec une mise en valeur de l’approche collaborative entre pairs. A l’Alliance Française de Bombay, les etandems ne prennent pas cette forme mais ils essayent pourtant de garder la logique gagnant-gagnant.

Voir la suite de l’article sur le retour de l’expérience entre Mexico, Medellin et Mumbai.
Pour avoir d’autres exemples réalisés également avec l’Alliance Française de Bangalore (projet de Geetanjali et de Laurence), veuillez également consultez cette page Etandems – conseils et exemples Scoop.it

La Rochelle - Bangalore

La Rochelle – Bangalore

Vous pouvez ci-dessous télécharger une fiche pédagogique qui retrace le projet d’etandem de deux classes – une classe de lycéens français de La Rochelle avec une classe d’apprenants FLE indiens de l’Alliance Française de Bangalore.
Laurence Juin, Geetanjali Shrivastava, DAvid Cordina, les auteurs et rédacteur de ce projet, se connaissent par Twitter. C’est ce réseau social qui a permis les rencontres de ces enseignants et  favorisé ensuite l’éclosion de cet etandem-ci, bref  et précis, qui est la répétition d’une série d’autres déjà entamés entre La Rochelle, Bombay, Mexico, Medellín et d’autres classes d’autres villes… (voir les articles etandems de ce site).
Rappelons alors l’importance de Twitter pour développer la sérendipité et l’échange fructueux souvent rapide et spontané à l’origine des projets pédagogiques de télécollaboration. Voici sans doute la première étape capitale : les enseignants doivent avant tout être en ligne pour que leurs apprenants les suivent.
Cette fiche retrace les grandes lignes de la télécollaboration du projet: le premier échange important sur Google doc et ensuite sa concrétisation sur Twitter et surtout ici, Ning.

Téléchargez la fiche_creeruntandemFLE_Histoire
Voir la réalisation de ce scénario ici : http://afbangalore.ning.com/group/b2-weekend-sept2012-geetanjali/forum/topics/e-tandem-gadoriole-afbglr

WhatsApp en classe de FLE

Whatsapp, l’application téléphonique d’échanges de messages, une sorte de mini-réseau social pour les usagers des téléphones qui ont accès à Internet est entré massivement dans les classes depuis deux ans. Ce sont les apprenants eux-mêmes qui ont échangé leurs numéros et ont commencé à créer les groupes-classes. Les enseignants les ont rejoints. L’Alliance Française, aussi.

WhatsApp

Application de Messagerie

WhatsApp est une application mobile de messagerie multiplateforme permettant d’échanger des messages sans avoir à payer pour de  SMS. Il est à noter que c’est l’initiative spontanée des apprenants qui a développé l’usage de ce nouvel outil de communication qui a un grand succès en Inde (bien plus qu’en France. Pourquoi ? Soit par un retard des français, soit parce que les communications entre les états indiens sont bien plus accessibles par Internet que par SMS car le national roaming coûte ou gêne les échanges inter-états.)

Des messages courts, quotidiens : un continuum relationnel.
Comme pour les listes de diffusion entre les apprenants, les échanges sont voulus avant tout d’ordre pratique : cours annulés, retards, annonce d’absence. Plus intéressants sont les  échanges d’ordre socio-affectif en langue française continuant l’approche communicative des cours où seul le français est utilisé en classe.

Cela permet aux apprenants de réviser quotidiennement sur leur mobile les salutations ou de s’exprimer sur des sujets quotidiens comme la santé, la météo ou le trafic de la ville de Mumbai. Cependant cela peut tourner court et ces échanges perdent vite leur intérêt pédagogique.
Depuis l’arrivée des enseignants et une observation des échanges (rites de conversation, discussions, arrêt, reprise, relance de sujet et réactions), l’Alliance française prévoit de développer des scénarios qui peuvent être proposés aux groupes pour enrichir les discussions et apporter une médiation pédagogique.

Un dispositif hebdomadaire de Tour de paroles, peut être envisagé par exemple : donner à un groupe de 2 apprenants le rôle de lancer de nouveaux sujets. Et à d’autres groupes, un rôle de correcteur orthographique en utilisant l’icône du crayon. Whatsapp utilise beaucoup d’émoticônes. On peut aussi imaginer les commentaires du groupe des correcteurs par un autre groupe (toujours signalisé par une autre icône) avant l’intervention normative de l’enseignant.

Le recours à l’image est important. Poster des images est très facile sur ces téléphones. On peut proposer des sujets d’écriture comme mon chemin quotidien en demandant à l’apprenant de poster une ou deux images. On suscite ainsi les réactions et commentaires des autres usagers du groupe.
Les sujets de discussion autour d’énigme fonctionnent aussi bien : quel est cet objet ? quel est ce lieu ?
D’autres idées viendront avec une présence accrue notamment des enseignants de niveau A1 qui peuvent par  l’aspect court et immédiat de ces échanges développer de réelles stratégies de pratique de la langue dans un cadre d’apprentissage numérique.

De plus, Prachee Palsule, enseignante à l’AFBombay et à l’école internationale Hill Springs a lancé ici même dans le forum un sujet de discussion qui donne des exemples de pratiques de classe, d’entraide enseignante, quelques réserves sur la fermeture et le manque de sérendipité de WhatsApp par rapport à Twitter. Cette discussion est intéressante et montre les usages contemporains de cet outil. Voir le forum ici.

Ces applications (cela pourrait Lime ou Viber) donne une version mobile et d’accès facile aux apprenants de niveau A1 dans les échanges de réseau social : ensuite, ce sera Mumbaikar in French, réseau sur navigateur Internet, pour des textes plus longs et des projets éditoriaux plus complexes.

Un éducamp FLE à Mumbai

Educamp FLE

Educamp FLE

Le vendredi 20 décembre 2013, l’educamp FLE de l’Alliance Française de Bombay sera un barcamp, c’est-à-dire une suite d’ateliers ouverts et dédiés à l’échange des expériences des enseignants.

Dans le monde de l’architecture et du design, il existe des sessions de « Pecha kucha » ce qui voudrait dire en japonais ou en anglais « Chit-chat« . Le principe est que les participants (public et formateurs) alternent et présentent à tour de rôle pendant 10 minutes un point de leur métier d’enseignant de français à soumettre à leurs collègues.
L’aspect camp (barcamp, educamp) provient du fait que la formation est ouverte (en amont, sur Internet lors de la journée et après l’événement) pour pouvoir proposer une présentation, commencer et continuer les débats, proposer commentaires, et construire des projets communs.

Voici les liens du groupe pour vous inscrire sur le réseau social Mumbaikar in French et commencer l’espace d’écriture : http://afmumbai.ning.com/group/educamp-fle-2013

L’objet de cet espace d’écriture est de : 

  • Proposer des idées pour nourrir les ateliers
  • Permettre de débattre et  d’affiner les idées
  • poursuivre la réflexion après l’événement
  • accueillir les remarques des intervenants à distance

De plus pour confirmer votre inscription, un formulaire Google est en ligne :
https://docs.google.com/a/afindia.org/forms/d/1C3XWydA-lM7_ryXY2NG8cfu8PHMUrKyruhhEu1KYoGE/viewform

L’éducamp FLE fera l’objet d’un prochain article : les sujets abordés, l’organisation générale, les questions soulevées.

Un exemple en Colombie

Un exemple en Colombie

Le principe d’intervention  :
10 minutes de parole – 5 minutes de questions / réponses
10 diapos maximum pour le PPT.

Des exemples de présentation :
– une séquence réussie en classe
– une tâche bien scénarisée
– une difficulté rencontrée
– une réflexion didactique sur un aspect du métier d’enseignant
– un usage innovant d’un outil
– une présentation d’un outil TIC (numérique, manuel, objets…)
– une visite, une sortie réussie avec sa classe.
– etc.

Sur Internet à la balise twitter et Facebook  #educampFLE #fleasie

 

INFOS PRATIQUES

Vendredi 20 décembre 2013 de 14h à 18h (en Inde) – (9h30 à 13h30 en France)
Auditorium – Theosophy Churchgate – Alliance Française de Bombay – MUMBAI
Frais de participation :
gratuit pour les enseignants et les étudiants (B2, C1) de l’AFB.
gratuit pour les enseignants intervenants.
400 INR pour les enseignants hors AF.



La salle des profs s’ouvre à l’Asie du Sud

En 2010 et 2011, différents réseaux enseignants FLE soutenus par la France, le Ministère des Affaires Etrangères MAEE et la Fondation Alliance Française voyaient le jour : Vizafle en Roumanie (chef de projet : David Maguet) et dans autres pays comme en Inde du coté des réseaux apprenants (Mumbaikar in French, chef de projet : David Cordina) et du côté de la communauté des enseignants (La Salle des profs, chef de projet : Emmanuel Zimmert).

Développée à l’initiative du Service linguistique et éducatif (SLE) de l’Institut français en Inde (IFI), la Salle des Profs se définit comme un site d’informations et de ressources doublé d’un réseau social à destination des enseignants de français en Inde. Depuis sa création, la Salle des Profs connait un développement important, avec une augmentation constante du nombre de visiteurs et d’inscrits, notamment grâce au travail parallèle dans le domaine de l’apprentissage du FLE sur supports numériques (réseaux sociaux apprenants, téléphonie) des Alliances françaises (Bombay, Bangalore, Madras notamment) et de l’IFI.

IF / AF en Inde

Les partenaires officiels pour le projet IF / AF en Inde

Avec, en avril 2013, deux créations de postes en charge du réseau social de l’IFI, la Salle des Profs a de nouvelles ambitions : élargir sa zone d’action et viser les publics du Sri Lanka, du Bangladesh et du Népal. C’est ce projet qui justifie aujourd’hui un nouveau temps de formation et de séminaire qui se tient à Calcutta, Kolkata, capitale du Bengale Ouest entre le 12 et le 15 novembre 2013. Ce stage se tenant lieu à l’Alliance Française du Bengale, s’intitule « Devenir enseignant- auteur de la Salle des Profs« .  Ces jours sont organisés par Gauthier Krin et Valentin Moisan, attachés de coopération pour le français et DAvid Cordina, directeur des cours de l’Alliance Française de Bombay et chefs de différents projets numériques en Inde. Ces rencontres sont soutenues par le fonds TICE 2013 de l’ Institut Français.

L’axe pédagogique est mis sur la formation continue numérique d’enseignants FLE déjà motivés et utilisateurs actifs des technologies éducatives. L’équipe des formateurs visera à transmettre des savoir-faire professionnels dans les domaines :  de la veille professionnelle, de l’écriture reflexive sur sa pratique d’enseignant de français et de concevoir du contenu pratique (tâches, scénaros, articles de veille, fiches pédagogiques) pour l’ensemble des enseignants de la zone asiatique méridionale : Inde et Asie du Sud. Cette année, nous n’avons pas pu malheureusement pour des raisons pratiques et diplomatiques, toucher de collègue des Maldives, ni du Pakistan alors que via Internet, les connexions et les projets se croisent déjà.  (voir la formation de l’année dernière #msFLE et également le projet French Book (chef de projet, Laurent Elisio Bordier) des Alliances françaises pakistanaises).

Version 2 : 

Nouvelle Salle

Nouvelle Salle – Nouvelle apparence

Avec la nouvelle version du site arrive une nouvelle adresse. L’anncienne URL devient tout simplement http://salledesprofs.org. Certaines fonctions disparaissent, d’autres voient le jour. Les nombreux articles et fiches pédagogiques du site sont eux toujours là. N’hésitez pas à naviguer à travers le site pour les découvrir ou redécouvrir. Cette nouvelle version vise à faire la part belle au contenu mis en ligne chaque jour par nos membres. Trop de choix tuant le choix, le nombre de catégories diminue. Néanmoins, cela ne signifie pas qu’il y aura moins d’articles, au contraire ! Avec les nouveaux membres de l’équipe de la salle des profs qui seront formés à Calcutta, l’activité sur le site est vouée à grandir.

La politique numérique de l’IFI et des Alliances françaises de ces régions répondent à un besoin fort des apprenants et des enseignants de français de la sous-région. La nouvelle version de la Salle des Profs et les autres projets numériques développés permettent également d’assurer et de renforcer le statut du réseau culturel français en Inde et dans l’Asie méridionale, ce qui sert à la réalisation des objectifs de la coopération française.
Mme Caroline Schmitt, attachée de coopération pour le français de New Delhi et M. Stéphane Amalir, directeur de l’Alliance française de Bengale  ouvrent le stage mardi 15 novembre .

Vous trouverez ci-joint les derniers détails concernant la formation Salle des Profs qui a lieu du 12 au 15 novembre à Calcutta. Cette année, le Bangladesh, le Népal et le Sri Lanka nous rejoignent pour le projet Réseau social Enseignant – et nous leur souhaitons la bienvenue !

Formateurs :
• Valentin Moisan, attaché de coopération pour le français, Institut français en Inde
• Gauthier Krin, attaché de coopération pour le français, Institut français en Inde
• David Cordina, directeur des cours de l’AF Bombay et chef de projets TIC et administrateur (AF India, AFBombay, AF magazine,  Mumbaikar in French, Foreigners in Lille)
Objectifs de la formation :
• Devenir un contributeur capable d’alimenter régulièrement la Salle des Profs avec des
contenus pédagogiques.
• Devenir enseignant-auteur : faire de la veille pédagogique, savoir écrire sur sa pratique
pédagogique, savoir écrire des fiches pédagogiques à destination d’autres enseignants
• Découvrir, connaître et maîtriser les technologies éducatives pour le FLE.
Compétences visées :
• Maîtriser le fonctionnement d’une plateforme de partage et d’un réseau social
• Savoir rédiger des articles et modérer les contenus de La Salle des Profs
• Se perfectionner avec les TICE et les réseaux sociaux pour l’enseignement/apprentissage du
français
• Savoir créer des tâches, des activités et des fiches pédagogiques
• Savoir créer des séquences et scénarios pédagogiques
Voici le programme :
• Ouverture de la formation : mot de bienvenue (intervenants, responsables, etc.)
• Présentation du groupe et des intervenants
Présentation du programme et de l’organisation de la formation
• Présentation générale du projet de la Salle des Profs et de ses objectifs
• Synthèse de la formation précédente : retours d’expérience, pièges à éviter, nouveautés
• Prise en main Interface publique / inscription / interface administration

•  Sur quoi écrire ? Veille pédagogique et technologique : médias sociaux, applications, flux
• Ateliers : Twitter, Facebook pour le FLE.  Tâches d’activités
• Veiller et écrire : trouver des idées pour écrire, avoir une attitude réflexive, tenir des blogs.
• définir collectivement une ligne éditoriale : définition de notre public, de notre axe d’écriture et recherche de contenus.
• Présentation d’outils et applications au service de l’enseignement et de l’apprentissage.
• Atelier pratique sur les médias sociaux. Suite : Twitter & FLE et autres réseaux professionnels pour le FLE
• Découverte de services de publication en ligne dont Slideshare, Scoopit,  Youtube enseignement, Google Drive, etc…
• Présentation de la fiche pédagogique de la SDP.
• Ecrire 1 : conférence de rédaction – se lancer dans un projet d’écriture. Choix des sujets, choix des documents (+ droits d’auteur).
• Ecrire 2 : suite
• Edition multimédia et conversion de documents (image, son & vidéo).
• Ecrire 3 : Journée d’écriture et de production : fiches pédagogique, articles de veille, séquences pédagogiques
• Créer une fiche pédagogique à partir de divers types de documents : images, documents audio, vidéos
• Ecrire 4 : Suite des travaux commencés
• Création d’activités interactives avec LearningApps.
• Publier un article. Diffuser et promouvoir la SDP sur les réseaux sociaux. (+ Diffuser et promouvoir la SDP avec les supports de communication).
• Présentation des productions et publication en ligne sur la Salle des Profs.
Bilan et évaluation de la formation.

David Cordina, Valentin Moisan, Gauthier Krin

Jeux d’écritures

Métiers du monde

Métiers du monde

En ces temps de rentrée culturelle et au milieu du semestre, l’équipe de la direction des cours de l’Alliance Française de Bombay lance de nouveaux projets pour associer d’une façon créative la programmation culturelle et le suivi des cours.

En effet,  nous observons que la participation des étudiants aux événements culturels que l’AF propose est parfois décevante : les jeux présentés ci-dessous sont censés augmenter leur engagement d’abord par des contributions en ligne et plus tard, en amont ou en aval d’un événement réel (une exposition, un concert, un événement à l’auditorium du centre…).
Ces projets ouvrent la classe, varient le déroulement classique d’un cours de 150h, et mettent en avant la production de l’apprenant, son écriture, considérée ici comme objectif pédagogique.

L’environnement numérique que nous avons mis en place permet de développer la créativité et de diversifier les différents niveaux d’écriture.  Les jeux transmédias développent chez les apprenants plusieurs types d’écriture , celle de la langue française, objectif final pour l’Alliance française, car c’est la langue enseignée, mais également des écritures créatives que ce soit sur des supports photographiques numériques ou vidéo.

Plusieurs réseaux sociaux sont ensuite utilisés dans ce même but pédagogique et de communication. Le tout est hébergé, communiqué ou diffusé  sur  Facebook, Twitter, Instagram, Ning, Pinterest, et d’autres mais regroupés de différentes façons pour susciter commentaires, réactions des différents membres, attirer de nouveaux participants et contribuer à une cohésion de groupe autour de l’Alliance.

Il s’agit, et c’est l’enjeu, de travailler sur les mécanismes d’engagement, ici dans une optique éducative.

1. Une idée de scénario pour l’écriture : les journées du patrimoine, un concours photographie, une thématique : les métiers du monde.
2. Une balise un mot-clé : un slogan en hastagh en # – #captionme #legendemoi
3. Un projet pédagogique commun à plusieurs enseignants de différentes parties du monde.

Dernier jeu : #legendemoi #captionme – version Métiers du monde. 

Amplificateur d’écriture

La formation «Médias sociaux et pédagogie du français langue étrangère » vient de se dérouler pour sa quatrième et cinquième édition dans les villes de Pune et d’Ahmedabad pour leurs Alliances françaises respectives. Cette formation coorganisée par le réseau des Alliances françaises en Inde (ici Bombay, Pune et Ahmedabad)  a réuni toutes les équipes enseignantes des deux villes.

Le groupe d’Ahmedabad

Guidés par leur formateur, David Cordina, directeur des cours de l’Alliance Française de Bombay, les deux groupes très motivés ont pris en main leurs deux nouveaux réseaux sociaux apprenants (avec les outils Ning et Twitter pour les enseignants les plus avancés et motivés).  Les deux sites offrent aux apprenants indiens un riche espace d’écriture collaborative organisé par l’administrateur et l’équipe des enseignants. Toutes les fonctionnalités récentes d’Internet sont disponibles : chat, version smartphone, blogs, pages personnelles, forum… Pour les Alliances françaises, il s’agit de montrer la vitalité pédagogique des cours de FLE et ainsi de se mettre au service d’une francophonie active des étudiants accompagnés par leurs enseignants. Plusieurs milliers d’apprenants indiens sont déjà inscrits à ce genre de réseaux à travers toute l’Inde (voir l’article synthèse des formations #msFLE et réseaux apprenants). Vous pouvez donc visiter le résultat de la formation sur les sites Punécoeurs et French In Ahmedabad.

L’agir social en situation d’apprentissage
La formation a permis de faire créer des scénarios d’activités qui illustrent la pédagogie du projet, qui n’est pas encore assez bien connue par les enseignants indiens de langue vivante. La production écrite (et orale) des étudiants est l’objectif final de ces séquences. Ces pratiques ouvrent la classe sur l’extérieur et permettent aux apprenants de naviguer sur un Internet francophone en se socialisant avec d’autres apprenants.  Les enseignants proposent différents projets allant du scénario pédagogique complexe, aux discussions argumentatives ou à la simple contribution par l’écriture d’un commentaire. Ils proposent aussi médiations et activités d’apprentissage. Ces pratiques favorisent le travail entre pairs et externalisent l’apprentissage et l’enseignement de la langue.

Au delà de l’approche technique, se mène une réflexion sur une pédagogie active, pédagogie de projet que nous nommons dans le jargon technique du FLE, la perspective actionnelle qui développe l’agir social de l’apprenant dans une situation d’apprentissage francophone. Dans cet environnement dédié, l’agir social est davantage sollicité dans les projets d’écriture médiatisée fomentant le plus d’interactions possibles et d’activités langagières. (cf. Christian Puren, université Clermont-Ferrand)

Un jeu signifiant : le générateur poïétique

Le générateur poïétique

Une session du générateur poïétique à Ahmedabad

En milieu de séance, après la pause de midi, la formation a proposé, suite aux propositions de Florence Meichel, formatrice spécialisée dans les réseaux apprenants, de consacrer un temps au jeu du générateur poïétique créé par Olivier Auber, chercheur indépendant, associé depuis 2012 au groupe de recherche interdisciplinaire « Evolution, Complexity and Cognition » (ECCO) et au Global Brain Institute, de l’Université Libre de Bruxelles.  Ce jeu en réseau est une métaphore de l’évalution constante et collective des réseaux apprenants.
Dans le générateur poïétique, des joueurs humains (en nombre potentiellement illimité) contrôlent en temps réel les éléments graphiques d’une matrice globale, à raison d’une unité par personne. Toutes les actions des joueurs sont visibles en permanence par chacun d’eux. Le but du jeu est de simplement de faire apparaître collectivement des formes reconnaissables par tous et d’observer ensemble comment elles se créent.

« L’agir poïétique, comme l’écrit Olivier Auber, c’est lorsque le sens de l’action se construit dans l’action elle-même, selon les possibles qui s’en dégagent et non pas selon des plans et objectifs construits au préalable. C’est une action prenant place dans un contexte peu régulé où l’acteur n’est pas en mesure d’en saisir les règles. En agissant, les buts et le sens se construisent et le contexte se régule. Le générateur poïétique permet de comprendre que ce contexte peu régulé est en fait très contraignant, à l’image des 20×20 pixels à disposition. Sans les possibles donnés par l’activité de l’autre, les possibles du champ à disposition sont extrêmement réduits. Ces possibles, on les sollicite et les saisit dans l’action de donner de la couleur à ces simples pixels. »
Le générateur poietique permet donc de révéler la complexité de l’action humaine dans une apparente simplicité. Les participants indiens ont, suite à des questions très simples sur leurs pratiques, compris la logique et le rapport avec les réseaux apprenants dont ils disposent dorénavant pour accompagner leurs communautés d’apprenants.

Pour en savoir plus :

Site : http://poietic-generator.net
Blog : http://poietic-generator.net/blog/
Wikipedia : article sur le générateur poïétique
Blog de Florence Meichel : http://florencemeichel.blogspot.in/ et http://www.apprendre2point0.org/

 

Réseaux sociaux, innovation en FLE

David Cordina - Berlin

David Cordina – Berlin

   Avec l’apparition des communautés, le web social ne se résume pas aux informations présentes dans Facebook, Twitter ou bien d’autres, c’est un aussi un vecteur de construction d’une culture commune. Il permet d’échanger les pratiques et les questions, d’acquérir une compétence multimedia, mais aussi et surtout d’accroître ses compétences professionnelles dans un dialogue entre pairs. Avec des outils comme YouTube, Ning, Netvibes, Delicious, … tout un écosystème éducatif se met en place. Mais si le web social est bien porteur d’innovation, de par ses possibilités de collaboration et de mutualisation, l’innovation reste celle des enseignants !

  Pour David Cordina, PRCE de Lettres Modernes – FLE à l’université Lille 1, chargé des enseignements de FLE aux étudiants ERASMUS ou étrangers ou encore à d’autres groupes,  les échanges sur les réseaux sociaux comme Twitter constituent un mode de travail privilégié. Dans le projet qu’il présente ici, où il décrit notamment un tandem faisant correspondre ses étudiants chinois avec les élèves d’un lycée professionnel de La Rochelle, il estime que ces outils développent énormément les compétences en écriture « même s’il faut être très vigilant par rapport à la qualité de l’expression ». De plus, l’aspect temps réel est très important pour le travail du groupe : « Je leur fais écouter un document sonore et je leur demande de le commenter sur twitter. Les acquisitions sont tout de suite mutualisées ».

   « Les blogs rédigés par mes étudiants sur ces réseaux sont d’une grande visibilité et attirent parfois des visiteurs inattendus, » affirme David Cordina. « C’est ainsi que j’ai rencontré ma collègue de La Rochelle et que nous avons décidé de travailler ensemble. Ses élèves se sont sentis très valorisés de discuter avec des étudiants de master et de pouvoir approfondir en direct leurs connaissances sur la Chine. Cela aurait été beaucoup plus difficile à mettre en œuvre il y a 5 ans. Les réseaux sociaux offrent également la possibilité d’un continuum relationnel. Ainsi, nous faisons échanger dans un même espace nos anciens étudiants, nos étudiants actuels et parfois même nos futurs étudiants. Les pages des blogs personnels, si elles sont bien guidées par l’enseignant, peuvent devenir de véritables porte-folios pour les élèves qui y agrègent leurs différentes expériences. Les réseaux sociaux offrent un environnement idéal pour des projets ouverts », conclut David Cordina.

Monique Royer, Source Café pédagogique 2010 :
http://www.cafepedagogique.net/communautes/IEFBerlin/Lists/Billets/Post.aspx?ID=5