Un printemps numérique

Le lycée Saint Benoît organise, avec le soutien des Services Culturels de l’Ambassade de France à Ankara, le « Premier Printemps du Numérique » destiné à partager les expériences pédagogiques que les enseignants mènent dans le monde numérique. Les 13 et 14 février 2015, en présence de M. David Cordina du CIEP (Centre international d’études pédagogiques situé à Sèvres, Paris) et de M. François Muller de la DGESCO (Direction de l’enseignement scolaire du ministère français), de nombreux enseignants présenteront leurs productions numériques et participeront à des débats sur les nouvelles pédagogies.

Des enseignants de différents établissements du primaire, du secondaire et des universités présenteront une expérience afin d’illustrer une Pédagogie associée aux nouvelles technologies : cartable numérique, plateforme Moodle, applications éducatives… L’intérêt de cet événement sera de favoriser les rencontres, de créer un lieu d’échanges didactiques, de partages et d’illustrations de la pédagogie du numérique. Moment privilégié où des enseignants de différents établissements de Turquie ou d’ailleurs pourront communiquer en direct grâce à des espaces libres à thèmes afin d’enrichir leurs expériences.

Avec cette rencontre, c’est un tout réseau qui se renforce, fédérant les initiatives pédagogiques afin de mutualiser les expériences et mettant en lien les acteurs de l’innovation. Ce rendez-vous permettra d’animer un réseau de coordinateurs locaux, d’enseignants de tous niveaux, de chercheurs et d’universitaires.

WhatsApp en classe de FLE

Whatsapp, l’application téléphonique d’échanges de messages, une sorte de mini-réseau social pour les usagers des téléphones qui ont accès à Internet est entré massivement dans les classes depuis deux ans. Ce sont les apprenants eux-mêmes qui ont échangé leurs numéros et ont commencé à créer les groupes-classes. Les enseignants les ont rejoints. L’Alliance Française, aussi.

WhatsApp

Application de Messagerie

WhatsApp est une application mobile de messagerie multiplateforme permettant d’échanger des messages sans avoir à payer pour de  SMS. Il est à noter que c’est l’initiative spontanée des apprenants qui a développé l’usage de ce nouvel outil de communication qui a un grand succès en Inde (bien plus qu’en France. Pourquoi ? Soit par un retard des français, soit parce que les communications entre les états indiens sont bien plus accessibles par Internet que par SMS car le national roaming coûte ou gêne les échanges inter-états.)

Des messages courts, quotidiens : un continuum relationnel.
Comme pour les listes de diffusion entre les apprenants, les échanges sont voulus avant tout d’ordre pratique : cours annulés, retards, annonce d’absence. Plus intéressants sont les  échanges d’ordre socio-affectif en langue française continuant l’approche communicative des cours où seul le français est utilisé en classe.

Cela permet aux apprenants de réviser quotidiennement sur leur mobile les salutations ou de s’exprimer sur des sujets quotidiens comme la santé, la météo ou le trafic de la ville de Mumbai. Cependant cela peut tourner court et ces échanges perdent vite leur intérêt pédagogique.
Depuis l’arrivée des enseignants et une observation des échanges (rites de conversation, discussions, arrêt, reprise, relance de sujet et réactions), l’Alliance française prévoit de développer des scénarios qui peuvent être proposés aux groupes pour enrichir les discussions et apporter une médiation pédagogique.

Un dispositif hebdomadaire de Tour de paroles, peut être envisagé par exemple : donner à un groupe de 2 apprenants le rôle de lancer de nouveaux sujets. Et à d’autres groupes, un rôle de correcteur orthographique en utilisant l’icône du crayon. Whatsapp utilise beaucoup d’émoticônes. On peut aussi imaginer les commentaires du groupe des correcteurs par un autre groupe (toujours signalisé par une autre icône) avant l’intervention normative de l’enseignant.

Le recours à l’image est important. Poster des images est très facile sur ces téléphones. On peut proposer des sujets d’écriture comme mon chemin quotidien en demandant à l’apprenant de poster une ou deux images. On suscite ainsi les réactions et commentaires des autres usagers du groupe.
Les sujets de discussion autour d’énigme fonctionnent aussi bien : quel est cet objet ? quel est ce lieu ?
D’autres idées viendront avec une présence accrue notamment des enseignants de niveau A1 qui peuvent par  l’aspect court et immédiat de ces échanges développer de réelles stratégies de pratique de la langue dans un cadre d’apprentissage numérique.

De plus, Prachee Palsule, enseignante à l’AFBombay et à l’école internationale Hill Springs a lancé ici même dans le forum un sujet de discussion qui donne des exemples de pratiques de classe, d’entraide enseignante, quelques réserves sur la fermeture et le manque de sérendipité de WhatsApp par rapport à Twitter. Cette discussion est intéressante et montre les usages contemporains de cet outil. Voir le forum ici.

Ces applications (cela pourrait Lime ou Viber) donne une version mobile et d’accès facile aux apprenants de niveau A1 dans les échanges de réseau social : ensuite, ce sera Mumbaikar in French, réseau sur navigateur Internet, pour des textes plus longs et des projets éditoriaux plus complexes.

En route pour la Réunion

Dans le cadre des Saisons sud-africaines en France 2013, l’Université de la Réunion et le centre local de la Réunion du Centre International d’Etudes Pédagogiques (CIEP), accueilleront, en collaboration avec l’Université du Cap (Afrique du Sud), des rencontres scientifiques autour du thème “Apprendre et enseigner le français à l’heure du numérique”, du 4 au 6 novembre 2013. L’Alliance Française de Bombay sera présente pour présenter ses projets numériques. 

Université de la Réunion

Université de la Réunion

Ces rencontres, qui réuniront acteurs du e-learning du Nord et du Sud, seront l’occasion d’échanger résultats de recherche et réflexion scientifique, mais aussi de confronter les données de la recherche à la pratique des enseignants et des apprenants. Centrées sur l’utilisation du numérique aussi bien pour l’enseignement-apprentissage du français que pour la formation des formateurs de français, elles visent :
– à dresser un bilan d’étape de la recherche et des pratiques afin de mieux comprendre les différentes approches didactiques liées aux TICE / au numérique ;
– à expliciter les nouvelles perspectives et potentialités que représente une utilisation raisonnée des dernières évolutions technologiques.

Le potentiel et l’effet des mutations technologiques sur le processus d’enseignement-apprentissage, notamment des langues, est un thème largement traité dans la recherche. Ainsi, de nombreux ouvrages sont sortis ces dernières années sur l’utilisation des « nouvelles » technologies pour l’enseignement-apprentissage des langues revenant sur l’histoire de l’utilisation des TICE et/ou ouvrant de nouvelles perspectives . Toutefois, l’influence des technologies sur les cultures d’apprentissage et réciproquement des cultures d’apprentissage  sur l’appropriation des TICE restent peu étudiées, notamment dans la zone Afrique australe et orientale – Océan indien. Par ailleurs, comme le montrent Guichon pour l’enseignement des langues dans le secondaire français, ainsi que des rapports nationaux  et internationaux  sur l’utilisation des TICE en milieux scolaire et universitaire, les pratiques restent bien souvent en deçà de ce que la recherche met en avant.

Elles porteront une attention particulière à la situation spécifique des pays de la zone de l’Océan indien et de l’Afrique australe et orientale car, même si la fracture numérique se fait encore ressentir de façon manifeste dans certains pays de cette zone, les apprenants, mais aussi les institutions éducatives se tournent de plus en plus vers les TICE, comme le montre la littérature abondante dans le domaine et la tenue régulière de conférences et colloques internationaux tels que elearning Africa.

David Cordina est invité en tant que communicant pour décrire les usages de Mumbaikar in French ainsi que tous les réseaux apprenants développés dans les Alliances françaises en Inde sous les formations #msFLE.

 Plus d’infos : http://colloque2013.fle.re/